Le courrier de Gilbert

Courrier Gilbert                   Monsieur,

Je vous écris avant de mourir asphyxié !

Aidez moi !

Cela fait 50 ans que nous vivons mon épouse et moi dans notre maison en banlieue. Une jolie maison avec un petit jardin. Nous y avons élevé nos 3 enfants, été très heureux. Seulement voilà, depuis l’époque des colliers de nouilles de nos enfants, aux céramiques mexicaines ramenées par des amis en voyages, la maison déborde. Ma femme garde tout, ne jette rien ! Un véritable capharnaüm ! On pourrait ouvrir une brocante. Elle me dit que chaque chose lui rappelle un souvenir, moi depuis le temps, ça ne me rappelle rien et en plus c est moche ! Aidez-moi avant que le cadre lumineux représentant une rizière vietnamienne au-dessus de ma tête ne se transforme en épée de Damoclès!

Pépé Gilbert.

 

Monsieur Gilbert,

Manifestement votre tendre épouse a transformé la maison en coffre, pour protéger du reste du monde ce qui, à ses yeux, est précieux, fragile, unique. Une seule clé est autorisée à l’ouvrir. Il est difficile, mais pas impossible de partager. L’homme collectionne des trésors et l’architecture leur construit des lieux afin qu’ils voyagent dans le temps : Musées, Pinacothèques, Archives, Bibliothèques. L’architecture collectionne également le vivant : les stations zoologiques, les jardins botaniques, les banques de semences. Celle de Svalbard Global Seed Vault est un coffre-fort gigantesque creusé dans un glacier en Norvège, à environ mille kilomètres du pôle Nord. À échelle réduite toutes ces collections trouvent leur place dans la maison. Du château, avec ses bibliothèques, ses galeries de portraits, ses armoiries et ses trophées, au logis, sur nos étagères et albums de famille. La pratique de la collection est commune à beaucoup. Freud, lui-même grand collectionneur, trouve un lien entre collection et érotisme, en définissant l’objet collecté comme un fétiche érotique qui nous protège de l’anxiété. Manifestement vous n’attribuez aucun érotisme au cadre lumineux de la rizière vietnamienne. Rechercher, recueillir, protéger, montrer, sont les quatre actions qui incarnent la nature de l’Arche, une collection du vivant mise à la merci des éléments pendant quarante jours, dans l’attente de pouvoir re-féconder la terre. Il ne vous reste donc qu’à déclencher un déluge! Votre désespoir il me semble en pré-annoncer un de grande ampleur ! Après avoir déclenché la foudre, offrez une arche à votre gentille Noé. Une ou plusieurs belles malles. Une fois remplies vous les confiez à la mer : grenier, cave, garage. Elle seule pourra légitimement y accéder avec sa clé. Quiconque veut forcer le coffre sera soumis à une punition terrible ! Pour vous, qui ne songez pas à revoir vos babioles, aucun risque!

 

Avec toute mon empathie
Augusto Antonio Viola

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s